Polder

Etudier les propriétés des nuages et des aérosols, dont l'impact sur le climat est crucial, en analysant la lumière réfléchie par la Terre et son atmosphère, telle est la fonction de l’instrument Polder (POLarization and Directionaly of Earth Reflectance), conçu par le CNES.

Développé par le CNES en collaboration avec le Laboratoire d'Optique Atmosphérique de Lille, l'instrument Polder avait pour but d'analyser les propriétés des nuages et des aérosols, dont on sait qu'ils jouent un rôle majeur dans le système climatique. Pour y parvenir, Polder a étudié les caractéristiques de la lumière réfléchie par la Terre et l'atmosphère, en analysant d’une part l’intensité des rayons réfléchis en fonction de la direction d’observation, et d'autre part leur polarisation, une caractéristique physique décrivant la façon dont les ondes se propagent. Une fois recueillies, ces données permettent de révéler les propriétés des nuages et des aérosols, et donc de mieux comprendre leur impact sur le climat.

Depuis sa création, trois générations d'instruments se sont succédé : Polder 1, 2 et 3.  Polder 1 et Polder 2 ont respectivement embarqué à bord des satellites japonais  Adéos et  Adéos 2 le 17 août 1996  et le 14 décembre 2002. Malheureusement, les deux satellites ont tous deux connu de graves problèmes techniques qui ont mis précocement fin à leur exploitation. En revanche, le lancement de Polder 3, qui s’est envolé le 18 décembre 2004 à bord du microsatellite français Parasol, a permis aux scientifiques du CNES d'exploiter pleinement toutes les potentialités de l’instrument. En effet, la mission Parasol a duré jusqu'à fin 2013, soit cinq ans de plus que la durée de vie initialement programmée.